POUR LA CULTURE | Hamza – 1994

Actualités

POUR LA CULTURE | Hamza – 1994

Couverture article Hamza

Pour ce premier épisode, présentation du projet d’un artiste que j’affectionne tout particulièrement. Aujourd’hui c’est Hamza aka la Jeune Légende aka le New Michael Jackson aka Jeune Rebeu Belge Riche et Célèbre.

Je vais vous parler du projet qui m’a introduit dans l’univers du H. Je vais vous parler de 1994, référence a son année de naissance évidemment. Donc la mix tape est sortie le 27 octobre 2017 chez Just Woke Up, affilié à REC.118. JWU est son label comprenant Nico Bellagio qui est aussi cofondateur, DJ et directeur artistique d’Hamza. Petit point chiffre, le projet a fait disque d’or en seulement 5 mois.

Mon histoire avec Hamza

Pour ce qui est des beatmakers, on retrouve un binôme aussi iconique que Shaq et Kobe au début des années 2000. Il est composé de Ponko aussi signé sur JWU et Hamza lui-même. Le duo est présent sur 10 des 14 morceaux qui composent 1994. Ensuite, Ikaz est aussi de la partie une fois de plus sur un projet du H. Ainsi que Nico évidemment.

Maintenant que le contexte est posé, que les crédits sont donnés, je vais pouvoir répondre aux questions suivantes : comment l’ai-je connu ? Quels sons ai-je entendu en premier ? Est-ce que j’ai kiffé aux premières écoutes ? Est-ce que des genjutsus ont été pratiqué sur ses musiques ? Et bien d’autres réponses encore.

Pour l’histoire, j’ai connu Hamza au lycée par l’intermédiaire d’une camarade qui était déjà auditrice en 2015 à la sortie de d’H24.

Après avoir entendu parler de lui, Le premier son que j’ai écouté a été La Sauce, comme beaucoup je pense. Première fois que je regarde le clip, je suis abasourdi, je suis terrifié. Tous les clichés du rap y sont réunis : une villa, des femmes pas nues mais presque, une Lambo, un dab approximatif parce qu’on est en 2015. Clip que j’ai trouvé sans grande valeur ajoutée.

Je suis passé au-dessus de Zombie Life et de Santa Sauce sans m’arrêter. Tout droit jusqu’à la sortie du premier extrait de la mixtape du jour, Godzilla. Morceau produit par Shaq & Kobe et encore une fois la magie opère.

Pochette Hamza 1994

Singles Promotionnels

Le son Godzilla sort le 7 juillet 2017 et le clip drop le 12. Clip réalisé par TBMA.

Petite parenthèse sur cette boite de production d’audiovisuel créée en 2016 qui est composé du duo Osman Mercan aka Travis Bickle (en référence au perso principal de Taxi Driver, joué par M. De Niro.) et de M. Andersen, aka Jeremy Larroux aka Laylow. Le binôme est à l’origine de plusieurs clips comme Martin Eden de Nekfeu ou encore Les Princes de La MZ en plus de ceux du Lay.

Pour en revenir à Godzilla le son pour moi fait passer Hamza de rappeur de niche, de challenger, à potentiel futur all-star. Il y a un upgrade dans le delivery, c’est moins lourd, moins gras à l’oreille. Je sens ça plus smooth, plus sweet.

Coté lyrical… Est-ce que c’est vraiment ce qu’on attend sur ce genre de hit? Perso non, donc je ne vais être très regardant cette fois. Mais … Doucement Hamza. En résumé un super morceau pour se mettre dans l’ambiance de l’album.

—————————-

Deuxième single sorti de 1994: Destiny’s Child ! Le son drop le 25 aout et le clip sort 5j plus tard sur YT. Pour les crédits, on a une fois de plus la fusion Diesel et le Black Mamba. Pour ce qui est du clip c’est M.Bellagio qui s’en occupe. Donc un big three 100% JWU sur ce son. (Même si oui, Osman de TBMA est en codirection sur le clip.)

Pour les enfants qui écouteraient ce podcast, Destiny’s Child est un girls band créée au début des 90’s et composé de Beyonce, Kelly Rowland et Michelle Williams aka Chris Bosh aka Kevin Love. Vous avez déjà tous entendu ‘Say My Name’ donc maintenant vous saurez que c’était elles.

Alors vous allez sans doute vous demander pourquoi ‘’Destiny’s Child’’. Surement parce qu’ayant grandi fin des années 90, début des années 2000. Beyonce et ses copines étaient un modèle pour le H. Alors, il va mieux vous l’expliquer que moi, voilà la réponse donnée à Fif pendant la vidéo promotionnelle de la mixtape sur Booska-P.

Un son entrainant, un refrain efficace, Même si je n’ai pas été aussi rassasié qu’après Godzilla, la progression suit son cours. Je le sens de plus en plus à l’aise et sûr de lui.

—————————-

Troisième et dernier single avant la sortie du projet: VIBES. Le son accompagné du clip drop 3 semaines avant la sortie de 1994. Pour le beat on a cette fois une prod d’Oz Touch & Amir Boudouhi faisant partie de Street Fabulous.

Petite parenthèse sur Street Fabulous. C’est un collectif bruxellois fondé par Oz en 2001 avec comme premier associé Amir. L’objectif de cette structure était de monter un groupe de beatmaker, ce qu’ils ont fait en l’espace de trois ans en recrutant Prinzly, Youssef et Oneshot qui constitueront l’équipe de base. Ils collaborent avec des artistes qui ont plus ou moins de succès jusqu’aux plus grosses têtes du rap FR, et tout ça du début des années 2000 jusqu’à Hamza récemment. Ils sont à l’origine entre autres de Paname Boss de La Fouine, Game Over de Booba ou encore de Big Up Diam’s. Voilà parenthèse refermée.

Pour en revenir à Vibes, le clip est toujours co-réalisé par Nico et cette fois c’est Amine Ghorab qui l’accompagne. Amine est le co-fondateur et DA de Area Of Work, qui est un bureau de création basé à Paris. Ils ont pour clients des gros noms de la mode et du luxe comme Louis Vuitton, Chanel, Pihakapi ou l’automobile avec Audi.

Dans le clip, on voit Hamza en short, tapis de yoga sous le bras, lunettes roses au bout du nez, qui vient coache une jeune demoiselle qui est seule chez elle. Au programme, abdos, travail aux pads, footing au bord de l’eau et bien sur un tour dans la piscine. L’idée du scenario vient du DA de JWU, dû à la phrase  »Sauce God caliente, coach personnel’. Encore une fois, bien vu Nico.

Pour ce qui est du morceau, alors oui c’est un banger dansant qui est parfait pour siroter un mojito au bord d’une plage californienne avec Irina, une native de St-Pétersbourg qui vient travailler en tant que modèle à Los Angeles… BREF! Et le son sort en octobre… Je pense que le staff n’a pas eu le choix que cette date-là, je ne vois pas comment c’est possible autrement. Mais bon, ça fait largement le taf, ca apporte un rayon de lumière dans les 9 mois de mauvais temps de la France.

C’est la fin des singles promo de la mixtape, on peut maintenant passer à la première musique du projet!

D’aujourd’hui à 1994…

1er track de 1994 : Life ! Scottie Pippen à la prod une fois de plus. Coté clip c’est Sidney Van Wichelen qui s’en occupe.

Petite parenthèse Sydney. Il est le fondateur de Vansi Production, une boite de production belge qui travaille principalement dans le monde de la musique. Il a par exemple pour client Krisy pour le son Sisyphe, Nemir sur le son Sur Ma Vie en feat avec Phily Flingo ou la RTBF pour la pub de la radio Jam. Voilà, fin de parenthèse.

J’ai très rarement un coup de cœur à la première écoute d’un son mais là… Dans mon ancienne vie, j’avais pour habitude d’écouter les nouveaux projets le matin de leurs sorties, donc les vendredis. Si vous avez suivi jusque là on arrive alors le 27 octobre 2017, il est environ 7h18 et je lance le projet… Sur le chemin pour arriver jusqu’au bus (oui je prenais les transports en commun autrefois…) bref bref. Sur le chemin du bus je prends une gifle… C’est simple, j’ai mis le morceau en repeat jusqu’au travail… et y a 40 minutes jusqu’au travail… Bref, j’ai kiffé la vague, il a été jusqu’au bout de son idée où parfois dans des sons précèdent il pouvait manquer de moyen. Je pense que c’est le son qui a dû lui prendre le plus de temps en postproduction, plus que Godzilla même, et ça se ressent.

Bon allez on passe au suivant !

—————————-

Juste une minute, produit par Xavi et Iniesta, une fois de plus. Et cette fois masterpiece en utilisant un sample mondialement connu.

Bien évidemment tout le monde a été étonné quand l’instru s’est lancée, que ça soit les rebeux ou les autres, Ya Rayah fait parti de ces sons que tu reconnais aux premières notes.

Donc Ya Rayeh, qui veut dire ‘Toi Qui T’en Va’ en arabe a été interprété publiquement par Dahmane El Harrachi pour la première fois. Il est l’une des personnes qui a permis à la musique populaire algérienne de se démocratiser. Pour être ensuite repris par Rachid Taha (paix à son âme) qui a permis de la faire connaitre internationalement.

L’autotune est gérée et maitriser comme un 3 pts de Stephen Curry à 10m. Les disquettes comme: ‘’J’ai rêve que tu meurs pour que personne d’autre ne tombe sur ton chemin. Mon cœur est plein d’peur, peur que quelqu’un d’autre vienne et qu’il s’empare du tien.’’ sont juste parfaites. Psychopathe sur les bords, mais c’est parfait! Un son aussi dansant mais avec des lyrics de lover, c’est de l’argent a coffre.

—————————-

Le 3eme Track est Vibes don on a déjà parlé parler précédemment donc on passe au titre suivant.

—————————-

Le titre suivant est la seule instru de Myth Syzer, il s’agit de : Pas de remords!

Que la parenthèse Myth Syzer soit ouverte, De son vrai nom Thomas Le Souder, il est un beatmaker vendéen âgé de 32 ans. Il tire son nickname du titre du producteur américan J Dilla qui est une de ses plus grande influence. Très réputé dans le monde du hip-hop français notamment pour ses nombreuses collab avec le jeune Ateyaba, Jazzy Bazz ou encore l’intro de l’album de mon été 2016, j’ai nommé Périscope de Damso. Mais aussi pour ses albums en tant que producteur sorti en 2018, Bisous en avril et Bisous Mortels en novembre. (D’ailleurs vous pouvez retrouver au moins 3 sons de Bisous Mortels dans la playlist rap FR et US de Vega Radio.) Albums où l’on peut retrouver des rappeurs de la nouvelle école comme Zed, Jok’air, Take-A-Mic et d’autres qui n’ont plus rien à prouver tel que Lino et Doc Gynéco. Sans oublié, Loveni et Ichon avec qui il forme le trio Bon Gamin qui compte comme projet à Unreleased Mixtape (2016-2017) sorti en 2019. Voilà, parenthèse refermée.

Titre convaincant dès la première écoute, les mêmes thèmes sont souvent utilisés. RAS, un bon morceau d’Hamza. Bien vu d’avoir laissé la dernière minute pour que l’instru coule seule et sans parole et qu’on apprécie le taf de Myth.

—————————-

4eme son du tracklisting : Mucho love ! L’unique beat de Freakey! sur le projet et même première collab entre les deux.

La petite parenthèse FREAKEY! s’ouvre. De son vrai nom Hans-Michael Dary Nereus, est un jeune beatmaker natif du pays qui a pour président Aubrey Drake Graham et est originaire d’Haïti. Il jouit déjà d’une certaine popularité à l’époque, malgré son jeune âge vu qu’il avait uniquement 19 ans à la sortie de 1994. Il apparait parfois aussi derrière le micro sous le pseudonyme de Woahkespasse. A l’image d’un certain Chris venu de Belgique, pour qui il a d’ailleurs été présent sur quelques-uns de ses titres qu’on appelle De La Fuentes quand il pianote et Krisy quand il pose sa voix. Pour en revenir à HMDN, petit florilège des artistes avec qui il a collaboré, on a Alpha, Ateyaba ou S.Pri et même Don Toliver pour les US. Voilà, parenthèse refermée.

Pour ce qui est du morceau, c’est rempli d’egotrip avec un Hamza fidèle à lui-même mais surtout fidèle à son entourage à qui il dédit une grande partie du son. Le sample de ‘’Winter Sadness’’ de Kool and the Gang  a aussi été utilisé, sample souvent utilisé dans le hip-hop FR comme US. En résumé, on ressent clairement une vibe américaine tout au long du morceau et ce n’est pas pour me déplaire.

C’est tout pour Mucho Sauce, passons au son suivant.

—————————-

5eme son de l’album : Cash Time ! Une fois de plus Batman et Robin pour les crédits. Un morceau que je trouve dans la même veine que Pas de remords.

Egotrip avec : »J’ai des groupies dans le 6’’ effectivement depuis que Vibes a été diffusé sur OVO Radio, la radio du président du Canada dont n’a parlé précédemment. Hamza doit avoir quelques fans de l’autre côté de l’Atlantique.

Comme un bon gâteau, c’est toujours les mêmes ingrédients, la même recette et quand t’as fini ta part tu te dis : ‘’J’en reveux une autre !’’. Voilà ce que ces sons d’Hamza me font.

—————————-

6eme track. La pépite, le bonbon : Godzila! Que je t’ai déjà review tout à l’heure donc on peut enchainer avec le suivant

—————————-

7eme morceau, Jodeci Mob ! Beat produit par Nico et Ponko, ce qui en fait un son 100% JWU une fois de plus.

Pour toi jeune enfant né après 2000 qui écoute ce podcast, tu n’as probablement jamais entendu parler de Jodeci donc tonton est là pour toi. Jodeci est un quatuor RnB de Caroline du Nord qui a connu son âge d’or dans les années 90. Ils comptent pas mal de classique à l’heure actif qu’on peut retrouver sur les playlists de Vega, évidemment. Genre de groupe qui apparait en concerts sans t-shirt et qui se trémousse sur scène devant un public composé MA-JO-RI-TAI-REMENT de femmes (voir de jeunes filles) et pour la plupart dans un état second à la limite de l’hystérie. Si vous avez déjà vu des images de TayC en showcase en 2021, bah c’est la même chose mais 20 ans en arrière.

Pour en revenir à Jodeci Mob, c’est LE banger du projet, le son qui rentre parfaitement dans une playlist boite de nuit hip-hop :

La recette fonctionne toujours, les refs des années 90. Que ça soit musical avec Andre 3000 qui faisait parti d’Outkast  , le  »J’ai les keys comme Alicia’ ou encore  »J’me sens comme Tupac jeune’’. Le sport aussi avec le ‘‘Jordan dunk ». Mention spéciale la fin du 2eme couplet qui fait:

‘’Tous ces pussy boys veulent me prendre tout c’que j’ai
Nigga Rock’n’roll, je ne fume que du fort comme à Compton
En roule pour le pactole, Smith & Wesson ou bien Magnum
Suce-moi jusqu’à qu’j’en ai ras le bol
Ça sent le cash dans ma casserole
J’suis l’new Michael Jackson.’’

Voilà pour Jodeci Mob, on passe au titre suivant !

—————————-

8eme morceau : Silicone ! Pour ce qui est des crédits, le trio aussi efficace que le milieu de terrain du barca en 2009: Nico, Ponko et Hamza.

Morceau pour lequel on a eu le droit à un snippet avant sa sortie où on voit le H tout en déhanché portant un hoodie Gucci, veste en jean, l’extrait en a fait l’un des sons les plus attendus.

Un son où il nous parle de son amour pour le plastique, le silicone et l’univers de la chirurgie esthétique. Certaines opérations plus que d’autres effectivement effectivement mais après tout chacun ses préférences. Ou sinon, un Hamza dans ce qu’il sait faire, toujours bourré de réf comme le 3 pts de Curry pour le basket qu’il fait rimer avec le cure-dent de Diddy.

Voilà pour Silicone on passe au morceau suivant !

—————————-

9e morceau et pas des moindres: Mi Gyal ! Avec Ponko à la prod une fois de plus. Pour le titre, Mi Gyal signifie simplement ‘my girl’ en patois jamaïcain.

Quand je vous parlais de genjutsu tout à l’heure, nous y voilà, clairement un son grâce auxquelles de nombreux bassins se sont mis en activité, de nombreux regards profonds et appuyés on a été à l’origine de bêtises en tout genre et de toutes sortes d’illusions.

Un rythme soutenu, des disquettes à profusion, de bonnes percussions. Eléments qui forment un savant mélange pour en faire un morceau qui rentre en playlist des dernières musiques de fin de soirée avant de rentrer et qu’il faut scorer le touchdown sur le dernier 4th & Goal du match.

—————————-

Je vais faire d’une pierre deux coups pour les tracks 11 et 12 qui comportent beaucoup de similitude. Parmis ces similitudes, on a Ikaz qui fait son entrée sur la mixtape et qui est s/o par Hamza sur chacun des deux sons. Sur Pasadena :’‘Ikaz sur le beat et Ponko my n*gga’’ & sur Monopoly :’‘J’ai mon jeune, jeune Zaki, sur le beat, homie’’. On a déjà pu le retrouver sur Santa Sauce, Zombie Life et quelques autres morceaux lors de sa semaine planète rap avant la sortie du projet.

Petite Parenthèse Ikaz Boi. Ikaz aka Zaki, est un jeune beatmaker, compositeur et producteur originaire de la Roche-Sur-Yon en Vendée, oui oui comme ce bon vieux Myth Syzer. D’ailleurs, ils se sont connus à La Roche aux alentours de leur 14-15 ans par le biais d’un ami commun. Si tu veux en savoir plus, je te conseille leur interview promo de leur projet commun ‘’Cerebral EP‘’ sorti en juin 2016, qui est disponible sur la chaine YouTube de l’ABCDR du Son. EP comprenant High en feat avec un young Hamza plein de fougue. Ikaz a collab avec beaucoup de rappeur francophone et compte quelques masterpiece à son actif : Avec pour moi en tête, deux sons du Dems qui sont A. Nwaar Is The New Black ou sa co-prod sur Σ. MOROSE plus récemment. Ou encore  »On Est Sur Les Nerfs » d’Ateyaba. Pour ce qui est de l’autre coté de l’Atlantique, une belle collab avec Quavo qui est en feat avec Travis sur Rerun dispo sur Quavo Huncho. Voila pour Zaki, parenthèse refermée.

Pour en revenir aux tracks. On a premièrement Pasadena, qui est une ville située en Californie.

Le choix ici de Pasadena peut se lier au prochain morceau “Monopoly”. Dans le pont, Hamza répète le terme “Hills” qui signifie les habitations un peu en hauteur de la ville de Los Angeles. En d’autres termes, il utilise la ville de Pasadena pour justifier le choix des Hills, qui est une ville quasiment jumelée à L.A.

Pour ce qui est de Monopoly, on a le droit à un pont exceptionnel qui décrit bien l’envie comme beaucoup de monde de mettre, de mettre maman et amis en sécurité en haut de la colline. Une ambiance anthem un peu, un son de fin de jeu quand tu viens de battre Ganon après des heures d’échecs.

Morceau suivant, qui a été le deuxième single envoyé,  »Destiny’s Child » dont on a déjà parler.

—————————-

Et pour finir, le track 14/14, le titre éponyme de la mixtape: 1994. La cerise sur le gâteau, le meilleur pour la fin, le Zizou dans les arrêts de jeu.

Le son a même eu le droit à sa version sur Colors, une plateforme d’interprétation musicale basée à Berlin qui vise à faire découvrir des artistes originaux venant du monde entier sous la forme de clips minimaliste sur fond de couleur monochrome. Version qui a eu le droit a son lot de memes de TRES mauvais gout, mais cela reste anecdotique.

Et qui de mieux que Ponko pour accompagner Hamza sur ce qui va être le morceau intimiste, rempli d’honnêteté, une chanson qu’on chante à cœur ouvert. Sur un thème RnB des années 90 assez logiquement dans la lignée des inspirations de cette œuvre, ça y ce n’est plus un projet mais bel et bien une œuvre d’art.

Il retrace les grandes lignes de sa vie, avec en haut de l’affiche sa mère qui compte beaucoup pour lui, comme pour nous tous évidemment. Que ça soit dans la misère car parfois il n’y avait pas assez de sous ou encore lorsqu’elle le consolait quand il était seul et mélancolique. Ils parlent aussi des gens de son passé en général, ceux qui n’était pas là au début de son projet musical pour le pousser ou pour lui donner de la force. Et bien sûr, une petite dédicace aux forces de l’ordre bruxelloise au passage, euh bisous à vous.

Couverture Hamza Album 1994

De 1994 vers l’infini et l’au-delà!

Mais tout ça est un temps révolu, dorénavant Hamza fait parti des grosses têtes de ce rap jeu francophone et pout pas mal de temps encore. J’espère en tout cas que je t’ai donné l’envie d’en découvrir plus sur son monde. Aussi que sa voix s’exporte à travers le globe pour que d’autres auditeurs puissent avoir la chance d’avoir une jeune légende dans leurs écouteurs.

Hamza si tu passes par-là, que du love en espérant pouvoir collaborer sur des projets ensemble dans le futur.

Merci à toi de m’avoir écouté, c’était Messaoud dans ‘’Pour la Culture’’. Peace.

Écouter le Podcast:

Écouter sur Soundcloud
Écouter sur Spotify
Écouter sur Vega Radio

PARTAGEZ SUR

Facebook
Twitter
LinkedIn
Telegram
Reddit
Pocket
WhatsApp
Email

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles

Contacter la webradio

Demandez un titre en direct !

Historique des titres diffusés